Le congé de maternité européen sacrifié par les institutions européennes  01/07/15

COMMUNIQUE I suite à l'annonce par la Commission européenne du retrait du projet de directive relatif au congé de maternité.

Le congé de maternité européen sacrifié par les institutions européennes

Ce mercredi 1er juillet, la Commission européenne a annoncé le retrait du projet de directive congé de maternité qui avait pourtant été voté à plusieurs reprises par le Parlement européen. Pour rappel, ce texte prévoyait l'allongement de la durée minimum du congé maternité à 20 semaines rémunéré à taux plein, y compris pour les mères adoptives, l'instauration d'un congé paternité de deux semaines minimum ainsi qu'une meilleure protection des travailleuses enceintes ou qui ont récemment accouché. Alors qu’une nouvelle proposition devrait être faite en 2016, les écologistes dénoncent une régression pour le droit des femmes.

 

Selon Karima Delli, membre de la Commission Droits des femmes du Parlement européen :

 

« Cette décision, qui va l’encontre de la position du Parlement européen, est un véritable déni démocratique ! Depuis la menace par la Commission européenne d’abandonner ce texte, nous n’avons eu de cesse de nous battre pour le sauver[1] parce qu’il représentait une réelle avancée pour le droit des femmes et le bien-être des familles. En renonçant à porter ce dossier, l’Union européenne manque une nouvelle occasion de renforcer, par une harmonisation par le haut, les acquis sociaux des européen-nes.

C’est précisément ce qui fait aujourd’hui défaut au projet européen, bien plus enclin à imposer des cures d’austérité aux pays en difficulté qu’à légiférer pour protéger les citoyen-nes.

Les chefs d’Etat ont leur responsabilité dans ce constat navrant. Cette décision est d’abord le fruit de leur incapacité à bâtir une Europe plus sociale, voire de leur mépris à l’égard du droit des femmes. Alertés sur ce dossier à maintes reprises, aucun d’entre eux n’a eu le courage de s’exprimer publiquement sur le sujet, si ce n’est pour avaliser les thèses rétrogrades des opposants à ce texte qui prétendent qu’allonger le congé de maternité serait un frein un frein supplémentaire d’accès à l’emploi pour les femmes. Comme si le congé de maternité était en soi une régression !

Ayons le courage de le dire, ils ont tout simplement sacrifié le congé de maternité européen face aux conservateurs pour des raisons purement économiques.

 

 

 

[1] http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1335355-droits-des-femmes-14-semaines-de-conge-maternite-ce-serait-une-grande-avancee.html

 

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be