Sans lutte contre le dumping social, l’Europe peut mourir ! 13/07/16

COMMUNIQUE I Suite à l'adoption du rapport de Guillaume Balas sur le dumping social au sein de l'Union européenne

La Commission Emploi/Affaires sociales du Parlement européen a adopté par 37 voix contre 7 le rapport Balas sur le dumping social au sein de l’Union européenne, deux mois après avoir adopté un avis sur ce même rapport en commission Transports.

Pour Karima Delli, eurodéputée membre de la commission EMPL et porte-parole des Verts au sein de la commission TRAN : 

« Il est plus que temps que l’Union européenne s’attaque à ce fléau qui détruit le projet européen en divisant les peuples et les individus. C’est pourquoi il était crucial que ce rapport comporte des demandes concrètes de la part du Parlement européen. Parmi ces propositions : le renforcement et la coordination entre États-membres des contrôles, l’établissement d’une liste noire des entreprises coupables de violation des législations sociales afin de leur refuser l’accès aux marchés publics, et la création d’un registre de déclaration de détachement des travailleurs, sont des pas essentiels qu’il faudra suivre.

Il est particulièrement bienvenu que le secteur des transports fasse l’objet dans ce rapport d’une attention particulière. La qualité des contrats dans l’aérien doit être assurée par les États-membres, le temps de travail et de repos mieux contrôlé dans le secteur routier, et une Agence européenne créée pour assurer la coordination dans ce secteur, spécialement touché avec notamment 21000 destructions d’emplois en 10 ans, pour le seul cas français.

Mais au-delà des transports, ce rapport permet également d’appeler à la mise en place de minimas sociaux ambitieux : chaque État est invité à créer un salaire minimum correspondant à 60% de son salaire moyen brut, et il est demandé à la Commission européenne de proposer la mise en place d’un revenu de base inconditionnel afin de garantir à tous les Européens une existence libre et digne.

Si l’on veut éviter le pire, ces pistes pour faire converger les législations sociales par le haut doivent être suivies d’effets. Les mois qui viennent risquent d’être décisifs en ce sens, alors que la Commission européenne semble être sur le point de rejeter le carton jaune des pays de l’Est adressé à sa proposition de révision de la directive sur le détachement des travailleurs. C’est bon signe, mais il lui faudra redoubler d’efforts pour garantir une révision ambitieuse, et ainsi défendre une Union qui protège, face à la course au moins disant social qui met en péril l’Europe en tant que projet. Mais il lui faudra également protéger la liberté de circulation, acquis fondamental de 60 ans de construction européenne. L’avenir commun d’une Europe populaire et unie est à ce prix.

Force est de constater que pour y parvenir, nous ne pourrons pas compter sur le Front National : l’absence de ses membres pour le vote d’un tel rapport en dit long sur leur volonté de se cacher derrière le mythe du repli national, plutôt de se montrer quand vient l’heure de protéger les Européens. »

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be