Exposition des travailleurs aux substances cancérigènes: la Commission européenne oublie les vapeurs de diesel ! 11/01/17

COMMUNIQUE I Suite aux annonces de la Commission européenne le 10 janvier 2017 relatives à de nouvelles substances cancérigènes pour la santé et la sécurité des travailleurs.

Dans le cadre de la législation de l’Union en matière de sécurité et santé au travail, la Commission européenne a présenté hier de nouvelles mesuresvisant à limiter l’exposition des travailleurs européens à des substances chimiques cancérigènes (révision de la directive « agents cancérigènes et mutagènes » 2004/37/EC). Après une première vague présentée en mai 2016, elle a dévoilé hier cinq substances supplémentaires dont le diesel ne fait pas partie.

Karima Delli, en charge du dossier pour le groupe Vert au sein de la Commission Emploi du Parlement européen, et Vice-Présidente de la Commission EMIS sur le dieselgate, déclare :

« Cette annonce de la Commission est hélas une vraie source d'inquiétude. La Commissaire à l'emploi Mme Thyssen s'était engagée à ce que 25 nouvelles substances soient intégrées dans la directive en 2016, afin de protéger davantage de travailleurs. En effet, on ne devrait jamais manquer de rappeler ce chiffre hallucinant de 150 000 morts annuels, soit le nombre de décès dus à des cancers liés au travail. Pourtant, dans cette deuxième vague annoncée par la Commission, on ne trouve pas 12 mais seulement 5 substances supplémentaires : c'est une reculade qui n'annonce rien de bon pour la suite. On peut en effet fortement douter désormais de l'objectif affiché de 50 substances pour 2020 !

Parmi les oubliés de cette deuxième liste figurent les vapeurs diesel. C'est scandaleux, car plus de 3 millions de travailleurs y sont actuellement exposés, et quelques 20 millions au total devraient l'être d'ici 2020. Qui plus est, elles devraient être responsables, selon une étude de la Commission elle-même, de 230 000 décès par cancer pour la période 2010-2069 ! D'un côté, nos dirigeants prennent enfin conscience que le diesel est un véritable problème de santé publique dont il faudrait protéger les citoyens, mais de l'autre, on oublie tous les travailleurs qui y sont exposés : c'est absurde ! Cet oubli est la preuve une fois de plus que le lobbying de l'industrie du diesel est surpuissant en Europe. Qu'il s'agisse de la réglementation sur les tests anti-pollution des véhicules ou de la protection des travailleurs, cette industrie néfaste pour la santé publique est prête à tout pour maintenir ses parts de marché, quoi qu'il en coûte aux citoyens et salariés. Plus que jamais, le combat pour des carburants propres est nécessaire, afin de protéger les citoyens, salariés et consommateurs. »

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be