Dieselagte : Le Parlement européen tire les leçons du scandale 04/04/17

COMMUNIQUE I Suite à l'adoption des recommandations EMiS et du rapport sur la révision du système d'homologation

« À la suite du scandale Volkswagen, nous avons gagné l’instauration d’une Commission d’enquête pour faire la lumière sur ce scandale.

Après 29 réunions et 47 auditions, notre constat est sévère et sans appel : alors que Volkswagen a été pris la main dans le sac aux États-Unis, ici en Europe, tout le monde savait et a fermé les yeux sur cette gigantesque tricherie industrielle.

C’est pourquoi cette commission d’enquête a établi une série de recommandations qui posent clairement les conditions pour qu’un nouveau scandale ne puisse plus se reproduire. Aujourd’hui, nous avons fait un pas dans ce sens avec une remise à plat du système d’homologation, qui met fin aux conflits d’intérêts entre les constructeurs et les autorités nationales d’homologation.

Malheureusement, en rejetant la création d'une agence européenne de surveillance du marché automobile, le Parlement a manqué l'occasion de doter l'Union d'un véritable gendarme européen qui aurait permis que la triche ne soit plus possible.

En appliquant les recommandations d’EMIS, l’Europe a tout à gagner. D’abord pour une question de santé publique, mais aussi pour redorer l’image du marché de l’automobile européen. »

Dieselgate: the European Parliament learns from Volkswagen scandal

Following the Volkswagen scandal, we won a Commission of Inquiry to shed light on this scandal.
After 29 meetings and 47 hearings, our findings are severe and without appeal : while Volkswagen was caught in the United States, here in Europe, everyone knew and closed his eyes to this gigantic industrial cheating.
That is why the Commission of Inquiry has drawn up a series of recommendations which clearly set the conditions to make sure another scandal never happens again. Today we have taken a step in this direction with a flat-out of the homologation system which puts an end to the conflict of interest between manufacturers and national homologation authorities.
Unfortunately, rejecting the European agency for market surveillance, the European Parliament missed a chance to set up a genuine European body which could ensure that cheating is no longer possible.
By applying EMIS' recommendations, Europe has everything to gain. It is primarily a question of consistency to protect Europeans from air pollution, but also an opportunity to improve the image of the automotive market.

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be