Dieselagte Après le scandale, l’inaction coupable de la Commission et des dirigeants européens 13/09/17

COMMUNIQUE I A l'occasion du débat organisé en session plénière le 13 septembre 2017 pour les deux ans du dieselgate

Il est inacceptable que deux ans après le scandale sur les émissions polluantes du secteur automobile, les pouvoirs publics n’aient pris aucune mesure concrète pour protéger la santé des Européens ni dédommager les consommateurs.

On sait aujourd’hui que Volkswagen est l’arbre qui cache la forêt et que quasiment tous les constructeurs ont volontairement cherché à contourner les normes anti-pollution.  On connaît aussi les risques sanitaires des émissions des moteurs diesel. Alors que des millions de voitures explosent les seuils autorisés, on continue pourtant de tolérer qu’elles circulent sur nos routes !

Au-delà des déclarations de la Commission, nous attendons qu’elle passe aux actes en exigeant des États membres qu’ils organisent le rappel des véhicules et qu’elle leur fournisse sans attendre la liste des interventions techniques nécessaires à la mise en conformité des voitures diesel en circulation.

Nous réclamons également une surveillance du marché automobile au niveau européen. Avoir des normes élevées de protection ne suffit pas. Encore faut-il se donner les moyens de contrôler leur application et de punir les infractions.

Il est profondément regrettable que de nombreux responsables politiques cherchent à étouffer le scandale sous prétexte qu’il nuirait à l’industrie automobile européenne et à l’emploi. Quand on sait que de nombreux pays, y compris la Chine se détournent du diesel et de l’essence au profit, notamment d’un mix énergétique alliant électrique et hydrogène, autant dire que l’approche est suicidaire. Le secteur de l’industrie automobile a trop longtemps misé sur le profit à court terme et une stratégie commerciale mensongère avec la complicité des pouvoirs publics.

Assumer aujourd’hui le choix d’une politique de mobilité durable en investissant dans les technologies adaptées, c’est assurer un avenir à l’industrie automobile européenne et aux emplois dans le secteur. »

 

Contexte

• Plus de 400 000 de décès prématurés dans l’UE sont attribués chaque année à la pollution de l’air

Cf Agence européenne pour l'environnement:

https://www.eea.europa.eu/highlights/stronger-measures-needed/table-10-1-premature-deaths

https://www.greens-efa.eu/fr/article/press/a-step-in-the-right-direction-but- parlement-fail-to-deliver-independent-eu-oversight/

 

 

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be