Conférence sur la marche pour la Justice - Jan Satyagraha 2012  26/05/12

Le mardi 22 mai 2012, Karima Delli accueillait au Parlement européen les représentants d'Ekta Parishad et Ekta Europe pour une conférence sur la marche “Jan Satyagraha 2012” qui aura lieu en octobre prochain en Inde.

Cette « Marche pour la Justice » non violente va mobiliser plus de 100 000 paysans sans-terres sur un parcours de 350km en Gwâlior et Dehli, en Inde. D’autres marches solidaires auront lieu aux quatre coins du monde afin de mobiliser l’opinion publique pour le droit à la terre, l’accès aux ressources naturelles et le droit des populations les plus vulnérables.

De larges pans de terres et des ressources naturelles sont réquisitionnés au nom de l'industrialisation et du développement. L'appropriation des forêts et des minerais chasse les habitants de leurs terres ancestrales et détruit les cultures tribales et leurs ressources nourricières. L'extraction de minerai épuise et pollue les sources, ce qui appauvrit l'agriculture et compromet la culture et la survie même des habitants. Les expulsions provoquent des désastres humanitaires, écologiques et culturels, qui augmentent la pauvreté à la fois dans les zones rurales et urbaines. En effet les populations déplacées vont chercher refuge dans des villes déjà surpeuplées, ce qui crée un cercle vicieux qui ne s'arrêtera que quand le droit à la terre et au logement seront reconnus par les décideurs politiques. Selon l'IFRI, plus de 165000 paysans se sont suicidés en Inde depuis 1997 à cause de cette mécanique infernale.

En 2007, inspirés par l'exemple de Gandhi, Ekta Parishad et d'autres organisations partenaires ont mobilisé 25 000 personnes, pour la plupart paysans sans-terres parmi les plus pauvres, des adivasis et des dalits, pour une marche qui a duré 27 jours. La marche fut nommée “Janadesh – le jugement du peuple”. Son but était de dénoncer les profondes injustices des lois liées au contrôle des terres et de souligner l'urgence de réformes sur ce sujet en Inde. Les revendications des marcheurs ont été prises en compte sur le papier, mais après 3 ans la mise en œuvre de ces réformes est loin d'être satisfaisante. Une nouvelle marche, “Jan Satyagraha – Marche pour la justice”, est donc prévue cette année et rassemblera plus de 100 000 paysans pauvres, adivasis, dalits, sans-terres, de plusieurs états indiens. Ce sera la plus grande action non-violente jamais organisée en faveur du droit à la terre, à l'eau et à la forêt.

L'Europe, et le Parlement Européen en particulier, ont une responsabilité dans ce processus.

Lors de la conférence, Karima Delli, José Bové, Yves Cochet et le président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Inde, Sir Graham Watson, ont notamment indiqué que les députés européens auraient bientôt à s’exprimer sur l’accord de libre-échange UE-Inde, et qu’à cette occasion l’Union européenne devra être garante de la souveraineté alimentaire et plus largement du respect de la vie des paysans.

Gauri Kaulkarni, danseuse et chorégraphe membre d’Ekta Parishad, après une introduction en chanson de son propos, a par ailleurs indiqué que cette marche, plus encore que le droit à la terre, avait pour but de défendre le respect de la vie humaine.

Présent également lors de la conférence, Küde Meier, trésorier de CESCI Support Association (Zurich), membre d’Ekta Europe, est revenu sur la marche de 2007. Il a dressé un portrait politique de la situation indienne : le pouvoir actuel ne se préoccupe pas des plus pauvres, des paysans. Les démantèlements d’exploitations et les expropriations au profit de grandes multinationales ou de projet d’infrastructures pharaoniques sont fréquents. Selon lui, l’objectif de la marche 2012 est donc de « vaincre les peurs » pour agir enfin.

Pascal Durand, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts, a rappelé le soutien des écologistes à cette marche et a ajouté qu’il faut stopper la marchandisation des vies et des ressources. Cette lutte pour la justice est difficile mais pas impossible, comme nous l’a montré récemment la condamnation de Monsanto au Brésil.

Karima Delli a conclu cette conférence en rappelant que les écologistes, seront aux côtés des « sans-terre » en octobre prochain pour:

• La défense et la promotion d’une agriculture paysanne produisant d’abord pour les marchés locaux. Avec notamment le développement de circuits courts de commercialisation, la protection des semences paysannes, l’accès à la terre et à l’eau, à l’éducation…

• La (re)mise en place de réserves alimentaires physiques et diversifiées (au niveau local et national) pour stabiliser les prix et gérer les risques en cas d’urgence et de catastrophes naturelles.

• L’interdiction de la spéculation sur les aliments, comme les contrats à termes spéculatifs.

• L’arrêt des cultures industrielles et de la promotion des agrocarburants.

• La fin du phénomène d’accaparement des terres.

• L’arrêt du démantèlement des politiques agricoles telles que la PAC (2014-2020) sur les bases de la souveraineté alimentaire

Les députés européens ont été invité à signer la déclaration de soutien à la marche , ainsi qu'à signer la lettre adressée au Premier ministre indien.

Vous pouvez signer la déclaration de soutien à la marche : ici

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be