La réforme de la SNCF doit être l’occasion d’un nouveau départ pour améliorer l’offre ferroviaire 26/02/18

COMMUNIQUE I Suite aux annones du Premier Ministre concernant la réforme de la SNCF et le rapport Spinetta

Lundi 26 février, Edouard Philippe a présenté le programme de réforme de la SNCF sur la base des propositions faites par le rapport Spinetta présenté la semaine dernière.

« Après la COP21 où nous avons pris des engagements fermes en matière de lutte contre le réchauffement climatique, redonner du souffle au rail doit être une priorité.

Ainsi, le gouvernement a l’opportunité de mettre en œuvre une politique ferroviaire qui allie l’objectif climatique à celui d’un secteur ferroviaire de qualité, compétitif et respectant la notion de service public.

En effet, bien qu’il soit nécessaire de trouver une solution au problème de la dette abyssale de la SNCF, on ne peut pas raisonner en termes uniquement comptables. Car la dette de la SNCF est largement imputable à une politique du tout-TGV menée pendant des années et dont les TER ou les cheminots ne peuvent faire les frais aujourd’hui.

Ainsi, la décision du gouvernement de ne pas suivre la recommandation du rapport Spinetta de fermer 9000 km de lignes régionales est une bonne nouvelle ! A l’heure de l’ouverture à la concurrence, ces lignes peuvent même connaître une nouvelle vie à condition qu’on investisse à nouveau dans leur potentiel et que les appels d’offre intègrent des obligations de services publics concernant les tarifs, les dessertes ou les droits des passagers. Rappelons qu’en Allemagne, la libéralisation du rail n’a pas entrainé de fermeture de lignes et a même permis une diminution des prix.

A l’inverse, le modèle britannique a posé beaucoup plus de problèmes, notamment sur la sécurité ! Aussi, il est primordial que l’Etat soit le garant de la cohésion territoriale et qu’il n’abandonne pas les régions en difficulté à des moyens polluants et passéistes comme le bus. Y compris dans les années à venir, l’Etat doit absolument garder le contrôle de la SNCF, et notamment SNCF Réseau.

Enfin, l’intention du gouvernement de recourir aux ordonnances pour reformer le statut des cheminots est sans aucun doute un très mauvais signal. Concernés au premier chef, les travailleurs du rail doivent pouvoir s’exprimer et participer à la mue de la SNCF.

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be