Projet autoroutier GCO : le nouveau ministre de l'écologie doit réagir 10/09/18

Alors que samedi des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues pour demander aux gouvernants d'agir pour le climat, l'évacuation de la ZAD à Kolbsheim est un très mauvais signal. .

Nous avons besoin d'une politique de transports ambitieuse, qui doit prendre une part active dans la transition énergétique, conformément aux engagements de la COP21. Cela suppose de réduire un maximum les investissement dans le routier (si ce n’est pour rénover les infrastructures existantes) au profit de transports collectifs et durables (train, tramway, vélo).

En ce sens, voir qu’on va dépenser 500 millions d’euros pour une nouvelle autoroute qui détruira des centaines d’hectares de terres agricoles est navrant.

On sait que les problèmes de congestion que connaît l’agglomération strasbourgeoise sont largement liés à l’abandon de l’écotaxe sous le quinquennat précédent. Dans une région frontalière comme l’Alsace, où on assiste à un défilé de camions qui contournent la taxation des pays frontaliers, ce renoncement se paye au prix fort !

Malheureusement, pour les habitants, les agriculteurs, les défenseurs de la biodiversité locale et notamment les nombreux opposants au projet GCO, cette évacuation est une nouvelle déception. A Notre-Dame-des-Landes, la méthode du gouvernement a permis une sortie par le haut. Aujourd’hui, il faut poursuivre avec la même méthode : déclarer un moratoire et instaurer une médiation impliquant tous les acteurs. C'est ce que je demande à notre nouveau ministre de la Transition écologique, Monsieur De Rugy.

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be