« Hard » ou « soft », le Brexit ne doit pas pénaliser les citoyens européens 05/04/17

COMMUNIQUE I Suite à l'adoption de la résolution sur les négocations avec le Royaume-Uni en vue du Brexit le 5 avril 2017

Mercredi 5 avril 2017 le Parlement européen a adopté une résolution proposant un cadre pour les futures négociations sur le Brexit.

Réaction de Karima Delli :

« En déclenchant l’article 50, la Grande-Bretagne a ouvert la procédure de divorce avec l’UE. Avant que chacun puisse refaire sa vie, il faudra d’abord se mettre d’accord sur les modalités de la séparation. Pour le Parlement européen, pendant toute la durée des négociations, celles-ci devront garantir trois principes majeurs : protéger les intérêts de citoyens européens, notamment la liberté de circulation ; éviter l’effet domino ; et enfin garantir la transparence. Sur ce dernier point, il est primordial que le Parlement européen soit pleinement impliqué : ces discussions ne doivent en aucun cas ressembler à celles du TAFTA ou au CETA.

Au-delà des incertitudes qui planent sur l’issue des négociations, le Brexit soulève une foule de questions et d’inquiétudes quant aux conséquences qu’il implique sur différents secteurs.

Dans les transports par exemple, les liaisons intra-communautaires assurées jusqu’ici par des compagnies low cost britanniques posent problème dans la mesure où ces compagnies pourraient sortir du ciel unique. Là, comme ailleurs, pour l’instant, il n’y a pas de plan B ...

Après ce coup porté à l’unité européenne, l’Union européenne doit plus que défendre ses valeurs. Elle peut saisir le Brexit comme une occasion de se réinventer, afin de relancer le projet européen.

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be