OUEST FRANCE > « Les pays européens n’ont pas tiré les leçons du Dieselgate » 05/09/17

PRESSE I Interview parue le 5 septembre 2017 sur le dieselgate

L’UE n’est pas parvenue à sanctionner les constructeurs automobiles après le scandale Volkswagen. Ceux-ci n’ont donc pas appris la leçon, estime l’eurodéputée Karima Delli.

Récemment, la Commission et le Conseil se sont opposés sur la modification de l‘obligation d’installer des chargeurs pour les voitures électriques dans les nouveaux bâtiments, dans le cadre de la directive sur l’efficacité énergétique. Le Parlement européen se penchera sur la question en novembre. Quelle est votre position ?

Il s’agit de décider si l’Union européenne entend atteindre son objectif en termes de réduction de CO2 ou non, et comment. Dans ce contexte, la proposition de la Commission pour les stations de charge dans la directive sur l’efficacité énergétique devrait être soutenue.

Pourquoi ? Simplement parce que le temps presse ! Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour décarboner le secteur des transports, y compris les véhicules légers individuels. Comment ? Eh bien, évidemment, avec la technologie la plus rentable à notre disposition. Si l’électricité ne peut être considérée comme la technologie la plus adaptée et rentable pour l’aviation, le train ou le transport maritime, c’est le cas pour les voitures.

Ma position est donc très claire. Nous, les Verts, soutenons le développement de l’e-mobilité et sommes très conscient du fait que l’introduction d’infrastructures adéquates est nécessaire. Cela dit, les e-voitures ne doivent pas être promues aux dépens d’autres modes de transport durables, comme le vélo ou les transports publics. De la même manière, les stations de charges ne devraient pas seulement être disponibles pour les voitures, mais aussi pour des vélos et scooters électriques.

La Chine, plus gros émetteur de dioxyde de carbone au monde, est très critiquée. Pékin réfléchit donc à se verdir, au moins dans le secteur des transports. Dans le même temps, l’Europe, pionnière de l’application de l’accord de Paris, tente toujours d’identifier et de retirer de la circulation les polluants produits par l’industrie automobile allemande. Quelle est la prochaine étape ? L’UE a-t-elle tiré les leçons du Dieselgate ?

Même si la situation est bien meilleure qu’avant le scandale éclate, il est clair que l’UE n’a pas tiré toutes les leçons du Dieselgate. Après le Dieselgate, le Parlement européen a pris l’initiative de mettre en place une commission d’enquête sur l’évaluation des émissions du secteur automobile. En avril dernier, cette commission d’enquête a publié son rapport, avec des conclusions et des recommandations.

La principale conclusion que l’on peut tirer de ce rapport est que depuis dix ans la Commission européenne et les États membres étaient très conscients du fait que les règles sur les émissions n’étaient pas correctement appliquées. Après le scandale de Volkswagen, les États membres n’ont pas puni les constructeurs automobiles comme ils auraient dû, ce qui montre qu’ils n’ont pas tiré les leçons de ce scandale.

C’est pourquoi le rapport final de notre commission inclut plusieurs recommandations, dont la création d’une agence européenne de contrôle des autorités nationales d’homologation, le dédommagement des consommateurs trompés par les constructeurs et la révision des règles d’approbation. Seul ce dernier point a été entamé, et on n’en est qu’au niveau des discussions du trilogue.

À cause d’une coïncidence malheureuse du calendrier, la révision de la législation sur le type d’approbation a commencé avant la publication du rapport final de la commission d’enquête. Il y a un vrai risque que le texte soit vidé de son sens par le Conseil, parce que les États membres veulent protéger leurs industries nationales.

En rejetant l’idée d’une agence européenne pour la surveillance du marché, le Parlement européen a raté sa chance de mettre en place un vrai organe européen qui aurait pu rendre les fraudes impossibles. L’Europe a tout à gagner à appliquer les recommandations de la commission d’enquête. Il s’agit avant tout d’une question de cohérence pour protéger les Européens de la pollution de l’air, mais aussi une occasion d’améliorer l’image de notre industrie automobile, qui emploie des millions de travailleurs dans tout le continent.

Soutenez-vous la proposition de la Commission sur le paquet mobilité, présenté le 31 mai, qui prévoit que les véhicules zéro-émissions soient exemptés de 75 % des paiements de péages ? Quels autres incitatifs aimeriez-vous voir instaurer ?

Oui, c’est un instrument ambitieux pour l’application du principe du « pollueur payeur ». Si un véhicule ne pollue pas, son conducteur ne devrait pas payer pour les coûts externes desquels il n’est pas responsable, mais uniquement pour l’utilisation de la route.

Pourquoi ne pas ajouter la possibilité de prix différents en fonction des émissions réelles, puisque l’on sait qu’elles sont différentes des émissions annoncées ? Cela encouragerait vraiment les consommateurs à abandonner leurs vieux moteurs diesel pour des voitures plus propres.

L’industrie automobile européenne a réagi fermement aux intentions de la Chine de mettre en place des objectifs pour qu’au moins un cinquième des voitures vendues d’ici 2025 soient électriques ou hybrides. L’Inde a des ambitions similaires. Voudriez-vous voir l’UE adopter des quotas à la chinoise pour les véhicules propres ?

En deux mois, la France et le Royaume-Uni se sont donné des objectifs de ce type : ces grands producteurs automobiles européens ont décidé de ne plus fabriquer de véhicules aux énergies fossiles d’ici 2040. Même l’Allemagne y pense ! C’est un pas de géant qui prépare une ambition commune au niveau européen. À présent que le règne du diesel touche à sa fin, les États membres européens n’ont plus d’autres choix que d’avancer sur la production des véhicules hybrides et électriques. Sans cela, toute notre industrie automobile serait en danger, une perspective terrible, étant donné le nombre d’emplois concernés…

https://www.euractiv.fr/section/energie/interview/green-mep-eu-member-states-did-not-learn-from-vw-scandal/

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be