LIBERATION > Ferroviaire : l'Allemagne, un exemple en trompe-l’œil 08/04/18

PRESSE I Article de Johanna Luyssen pour Libération sur l'ouverture à la concurrence du rail en Allemagne

Réalisée il y a plus de vingt ans, l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire outre-Rhin a eu un coût social élevé.

 

Le gouvernement français a beau louer avec une belle constance le «modèle allemand» en matière de réforme ferroviaire, il est périlleux de comparer les situations des deux côtés du Rhin. D’abord parce qu’en Allemagne, l’ouverture à la concurrence a eu lieu il y a plus de vingt ans, en 1994, en pleine réunification. Elle a accompagné la naissance de la Deutsche Bahn, fusion de la Bundesbahn (en RFA) et de la Reichsbahn (en RDA), toutes deux dans une situation financière catastrophique. Ainsi le gouvernement Kohl engagea-t-il une réforme d’ampleur, basée sur un modèle mixte. Pour l’Etat allemand, qui éponge la dette (équivalente à environ à 35 milliards d’euros) de la «DB», il s’agit de libéraliser le marché tout en conservant un minimum de contrôle. On met en place l’ouverture du marché ferroviaire à la concurrence. Ensuite, pour le transport régional de voyageurs, l’Etat transfère sa responsabilité de service public aux Länder, qui perçoivent en contrepartie des fonds fédéraux.

Cette réforme a eu un coût social élevé pour la Deutsche Bahn. Les effectifs sont passés de 350 000 à 220 000 salariés - tous corps de métiers confondus - pour les 40 000 km que compte le réseau. Le statut de cheminot a été supprimé. «L’Allemagne a réussi son ouverture à la concurrence, mais elle a sacrifié le social», dit l’eurodéputée écologiste Karima Delli, présidente de la commission transports et tourisme du Parlement européen. Cela explique en partie certains problèmes de ponctualité et de qualité du service. Les Allemands se plaignent volontiers des retards ou de la vétusté des infrastructures.

Appel d’air.Leurs récriminations sont principalement dirigées vers la Deutsche Bahn mais, nuance l’expert ferroviaire Christian Böttger, de l’université des sciences appliquées de Berlin, «n’oublions pas que deux tiers des Allemands n’utilisent jamais les transports publics, tout en ayant une opinion bien affirmée sur la Deutsche Bahn».

Pour les lignes locales et régionales, l’ouverture à la concurrence a engendré un appel d’air : il existe 450 entreprises de transport ferroviaire. «Dans l’ensemble, cela a eu des effets bénéfiques pour les utilisateurs, dit Jörg Bruchertseifer, de l’association des usagers du train Pro-Bahn. Notamment pour ceux qui vivent dans des zones rurales, jadis mal desservies.»

Mais la France n’est pas l’Allemagne, pays qui continue de mener une politique «pro-train». «Quelle que soit la coalition politique en place, le ferroviaire est toujours pris en compte dans les discussions, dit Karima Delli. Les investissements sont importants. En 2018, la Deutsche Bahn, qui appartient toujours à l’Etat, investit 9,3 milliards d’euros dans l’amélioration du réseau. Et le poids des Länder est bien plus important que celui des régions en France. Ils fonctionnent avec des pouvoirs et des moyens importants.»

Autocars.Comment la part du gâteau a-t-elle été partagée entre la «DB» et les autres opérateurs ? La Deutsche Bahn possède toujours un quasi-monopole sur les grandes lignes. Mais, pour les lignes régionales et le fret, les choses changent. Les entreprises privées contrôlent 46 % du transport de marchandises et 26 % des dessertes régionales. Le paysage pourrait cependant se modifier dans les années qui viennent. Sur les grandes lignes, la Deutsche Bahn doit composer avec l’arrivée d’un nouveau : la compagnie d’autocars Flixbus vient de se lancer dans le ferroviaire avec Flixtrain. A l’instar de Flixbus, Flixtrain fonctionne comme une centrale de réservations. Elle rogne les coûts, notamment en utilisant des trains tchèques des années 60 ne dépassant pas 160 km/h. Cela poussera encore la Deutsche Bahn, dont les trains restent plus modernes et rapides, à se montrer plus compétitive…

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be