Démantèlement de la 'jungle' de Calais : entre inquiétudes et solidarités 21/10/16

COMMUNIQUE I Suite à l'annonce du gouvernement de détruire la zone Nord de la jungle de Calais, après avoir démantelé la zone sud en février 2016 dans des conditions que nous dénoncions, un collectif de onze associations ont saisi le tribunal administratif de Lille, jeudi 13 octobre, en déposant une requête contre ce démantèlement. Requête portant sur la précipitation de la destruction de la jungle de Calais qui ne permettrait pas de garantir un traitement humain de la prise en charge de chaque réfugié en prenant en compte les situations individuelles.

Le tribunal administratif de Lille vient de rendre son jugement. Il rejette la requête des associations. Ainsi, le démantèlement de la jungle pourra démarrer dès le lundi 24 octobre 2016. 

Réaction de Karima Delli, députée européenne écologiste du Nord-Ouest :

« Environ 7000 à 10 000 réfugiés occupent la zone nord de la jungle dont près de 1300 mineurs. Je me réjouis qu'un groupe de 14 mineurs ait pu rejoindre hier la Grande-Bretagne dans le cadre du rapatriement familial. Mais ce n'est suffisant. Nous devons faire valoir leurs droits et faire appliquer les accords d'Amiens signés en mars 2016.

Par ailleurs, nous savons que cette destruction rendra encore plus vulnérables les réfugiés qui ne souhaitent pas faire leur demande d'asile en France. Depuis quelques semaines, certains quittent la jungle pour trouver d'autres solutions afin de rejoindre clandestinement la Grande-Bretagne. Il est fort à parier que des petits camps s'installeront tout le long des côtes françaises. Après Sangatte, Calais, où sera le prochain campement de fortune ?

La démantèlement de la jungle de Calais ne doit se faire que dans des conditions humaines qui garantissent le traitement des situations des réfugiés qui souhaitent rester en France mais aussi ceux qui souhaitent rejoindre la Grande-Bretagne. Le gouvernement français doit imposer au gouvernement anglais de prendre ses responsabilités face à cette tragédie humaine qui se dessine devant nous.

Les anglais vont quitter l'Union Européenne. Les gouvernements ont signé les accords du Touquet. La frontière anglaise se trouve depuis le long des côtes françaises et le gouvernement anglais donne des millions d'euro à la France pour la sécuriser. Ainsi, Calais et ses alentours sont entourés de grillages de 4 mètres de haut. La construction d'un mur « anti migrants » est également en cours...

Cette situation n'est pas acceptable pour les habitants de Calais mais aussi pour les réfugiés arrivés sur notre territoire pour avoir fui les bombes et les massacres dans leurs pays.

La France est le pays des Droits de l'Homme. Nous ne devons pas l'oublier et le gouvernement français non plus. La destruction est une chose, mais qu'est-il prévu ensuite pour prendre en charge les réfugiés et les accompagner ?

Ce démantèlement est encore malheureusement une nouvelle illustration de la politique migratoire désastreuse menée par le Gouvernement. Il met en avant les défaillances de la France et du Royaume-Uni dans la gestion de cette crise.

Saisissons l'opportunité de ce triste évènement pour faire valoir la solidarité européenne et celle du peuple du pays de la déclaration des droits de l'homme. »

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be